Les plages paradisiaques les plus dangereuses au monde

Gansbaai - 'Capital del tiburón blanco' ©Michael D Edwards / Shutterstock.com

Vacances : un mot merveilleux qui nous motive à longueur d’année. C’est l’idée, le projet, le but et l’objectif pour lesquels nous travaillons tous. Cependant, les vacances peuvent être rapidement gâchées si nous ne choisissons pas notre destination avec précaution.

Certaines de ces plages se présentent en effet comme un havre de paix alors qu’en réalité, leurs eaux recèlent de dangers, parfois mortels. Qu’il s’agisse de bancs de requins à la recherche de surfeurs, de méduses aux tentacules venimeuses, de serpents rusés, de sables mouvants ou d’eaux radioactives, nous vous dressons ci-dessous une liste des plages qu’il faut éviter à tout prix.

1. Gansbaai – « Le fief du grand requin blanc ».

Lieu/Endroit : Gansbaai, Afrique du Sud
Pourquoi ne pas y aller : Requins
Coût estimé de la visite : 75 €/jour*

L’Afrique du Sud a tout pour plaire : des eaux colorées contrastant avec des affleurements rocheux spectaculaires, des zones de végétation luxuriante et même quelques plages de sable blanc. Néanmoins, gare à la plage de Gansbaai, qui est en réalité loin des clichés vendeurs que l’on peut trouver sur Internet.

Gansbaai - 'Capital del tiburón blanco' ©Michael D Edwards / Shutterstock.comGansbaai – ‘Capital del tiburón blanco’ ©Michael D Edwards / Shutterstock.com

Très prisée des plongeurs du fait des diverses activités sous-marines qu’elle propose, ou des touristes souhaitant contempler les baleines, elle est connue pour être le “fief du grand requin blanc » et ce village de pêcheurs contient une population dense de ces prédateurs. Cela est même devenu une attraction touristique pour quelques téméraires qui s’aventurent à les côtoyer de près dans des cages. Notre conseil ? Ne mettez pas les pieds dans l’eau et profitez des autres attractions de la région.

2. Plage de Zipolite – « La plage des morts ».

Lieu/Endroit : Zipolite, Mexique
Pourquoi ne pas y aller : Forts courants marins
Coût estimé de la visite : 70 €/jour*

Le joyau d’Oaxaca se trouve à San Pedro Pochutla, et est l’une des 570 municipalités de la région. Au fil des ans, la plage a gagné en popularité pour sa zone nudiste, avec 1,75 km d’extension, et sa beauté naturelle. La zone dispose d’une variété d’hôtels, de bars et de restaurants prêts à satisfaire tous les besoins des touristes. La température oscille entre 24°C et 35°C tout au long de l’année, rendant la zone attractive en toutes saisons. Cependant, il faut parfois se méfier de ce qui brille.

Playa Zipolite - 'Playa de la muerte'@maddyboesche / Pinterest.comPlaya Zipolite – ‘Playa de la muerte’@maddyboesche / Pinterest.com

Surnommée la « plage des morts » en zapotèque, on dit qu’elle était le lieu où les habitants de la ville enterraient leurs défunts. Aujourd’hui, cependant, son plus grand danger est constitué par les courants marins qui poussent vers le large et ont provoqué la noyade de plusieurs baigneurs. En outre, elle se trouve dans une zone à risques en ce qui concerne les ouragans. Peut-être est-ce une malédiction pour avoir servi de cimetière pendant des années.

3. Cable Beach

Lieu/Endroit : Broome, Australie
Pourquoi ne pas y aller : Crocodiles marins
Coût estimé de la visite : 90 €/jour*

À six kilomètres de la ville de Broome, en Australie occidentale, se trouve Cable Beach, une étendue de 22 kilomètres de sable blanc et d’eau turquoise cristalline, célèbre pour ses couchers de soleil, que vous pouvez admirer en vous promenant à dos de chameau le long de la côte.

Cable Beach @rusteia / Pinterest.comCable Beach @rusteia / Pinterest.com

Comportant également une plage nudiste, ce petit coin d’Australie a tous les ingrédients d’une oasis de rêve, mais il est complètement fermé aux visiteurs pendant la majeure partie de l’année en raison de la présence de crocodiles marins. Même pendant les quelques mois où elle est ouverte, les autorités recommandent d’éviter cette plage pour la baignade. Les Australiens ne prennent pas les choses à la légère en matière de sécurité, aussi ce conseil est à prendre au pied de la lettre.

4. Plage de Dumas

Lieu/Endroit : Surat, Inde
Pourquoi ne pas y aller : Cobras royaux
Coût estimé de la visite : 19 €/jour*

Avec une touche pittoresque distinctive grâce à son sable de couleur sombre, la plage de Dumas est située le long de la mer d’Oman dans l’État du Gujarat en Inde. À 21 kilomètres de la ville de Surat, c’est l’une des destinations les plus populaires du sud de la région car la plage abrite le temple Dariya Ganesh, un site très important pour les hindous et très prisé des touristes pour son architecture et son patrimoine culturel.

Playa Dumas @koneskasvetlana / Pinterest.comPlaya Dumas @koneskasvetlana / Pinterest.com

Malgré tous ces attributs uniques, elle a quelques côtés moins attrayants. Abritant des cobras royaux mortels, c’est également un lieu que de nombreux voyageurs considèrent comme hanté, car il servait de centre de crémation jusqu’au milieu du XXe siècle.

5. Île Fraser

Lieu/Endroit : Île Fraser, Australie
Pourquoi ne pas y aller : Dingos
Coût estimé de la visite : 160 €/jour*

K’Gari est le nom original de l’Île Fraser et signifie « paradis » dans la langue indigène Batjala. Avec ses 1 630 kilomètres carrés, c’est la plus grande île de sable du monde, et elle abrite une faune impressionnante comprenant 230 espèces d’oiseaux et 25 espèces de mammifères. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992, c’est aussi l’une des îles les plus dangereuses du monde.

Fraser Island @minako2593 / Pinterest.comFraser Island @minako2593 / Pinterest.com

Dans sa liste d’animaux dangereux, on trouve de grandes araignées, de nombreux serpents, des crocodiles mais aussi et surtout des dingos. Les dingos de Fraser font partie des dernières races pures que l’on trouve en Australie et ils sont connus pour s’en prendre fréquemment aux touristes, dans des attaques parfois fatales.

6. Côte des Squelettes

Lieu/Endroit : Côte des squelettes, Namibie
Pourquoi ne pas y aller : Vents forts, brouillard épais, courant de Benguela
Coût estimé de la visite : 67 €/jour*

Les images de la Côte des Squelettes ressemblent à des scénarios post-apocalyptiques : des bateaux et des ossements qui se détachent d’un paysage austère et désertique, un épais brouillard créé par le courant froid de Benguela, et des kilomètres à perte de vue sans la moindre trace de civilisation.

Costa de los Esqueletos @bingteam / Pinterest.comCosta de los Esqueletos @bingteam / Pinterest.com

Célèbre pour ses épaves, c’est la côte où le plus vieux désert du monde vient s’échouer dans l’Océan Atlantique. Une atmosphère de danger plane sur la région, et ce n’est pas étonnant quand on sait que ses eaux abritent 11 espèces de requins, et que ses rivages sont fréquemment arpentés par des prédateurs tels que les lions et les hyènes, en quête de nourriture.

7. Playa de Los Muertos (Plage de la Mort)

Lieu/Endroit : Carboneras, Espagne
Pourquoi ne pas y aller : Courants forts et houle
Coût estimé de la visite : 80 €/jour*

Cette plage tire son sinistre nom du nombre de cadavres que ses vagues ont déposé sur ses rivages par le passé. Les marins qui faisaient naufrage étaient emportés par les courants marins et ont finalement donné le nom à cette plage aux eaux faussement claires.

Playa de los Muertos ©Megapixeles.es / Shutterstock.comPlaya de los Muertos ©Megapixeles.es / Shutterstock.com

La Playa de los Muertos fait plus d’un kilomètre de long et est complètement rectiligne. Son danger réside dans plusieurs caractéristiques qui, au final, la rendent peu recommandable pour vos vacances à la plage. Le rivage est assez irrégulier, de sorte que vous seriez soudainement submergés dans l’eau en y entrant. Une fois dans la mer, le fond est très sablonneux et combiné aux courants et aux fortes vagues, cela rend le retour vers la rive très difficile.

8. Les Îles Marshall

Lieu/Endroit : Îles Marshall, République des Îles Marshall
Pourquoi ne pas y aller : Niveaux élevés de radioactivité
Coût estimé de la visite : 50 €/jour*

Les États-Unis ont désigné les Îles Marshall, entre 1946 et 1962, comme site pour leurs essais nucléaires. En moins d’une décennie, près de 70 bombes nucléaires ont été actionnées dans la région, située à mi-chemin entre l’Australie et Hawaï.

Las Islas Marshall ©Everett Collection / Shutterstock.comLas Islas Marshall ©Everett Collection / Shutterstock.com

La République des Îles Marshall est située en Micronésie, et selon de récentes de l’Université de Columbia, on y trouverait à certains endroits des niveaux de radioactivité plus élevés qu’à Tchernobyl et Fukushima. Bien que les essais aient été effectués dans les atolls d’Enewetak, de Rongelap, d’Utirik et de Bikini, ils ont contaminé la quasi-totalité de la région.

9. Hanakapiai Beach

Lieu/Endroit : Napali, Hawaii
Pourquoi ne pas y aller : Courants marins

Difficile d’accès, le voyage vers la plage d’Hanakapiai commence déjà par une ascension. Étant à Hawaï, nous nous attendons à retrouver cet état d’esprit de vacances, où se mêlent oasis, plantes tropicales et beau temps. Or, sur cette plage, c’est un peu l’opposé que l’on trouve, car la côte de Napali est particulièrement dangereuse pour ceux qui osent s’y aventurer.

Hanakapiai Beach ©MNStudio / Shutterstock.comHanakapiai Beach ©MNStudio / Shutterstock.com

Avec ses puissants courants marins et ses grosses vagues, on peut se retrouver facilement emporté dans les profondeurs de la mer. Ces courants ne sont pas perceptibles tant que vous n’êtes pas en eau profonde, au sens propre comme au sens figuré, et comme il n’y a pas de grands récifs pour entraver ces puissants mouvements d’eau, il est presque impossible de nager pour revenir vers la rive.

10. Darwin

Lieu/Endroit : Darwin, Australie
Pourquoi ne pas y aller : Méduses venimeuses et crocodiles
Coût estimé de la visite : 87 €/jour*

L’Australie est connue dans le monde entier autant pour ses plages que pour la dangerosité de la faune qu’elle abrite.

Darwin @mrsferg89 / Pinterest.comDarwin @mrsferg89 / Pinterest.com

Avec des paysages idylliques aux quatre coins du pays, des contrastes environnementaux extrêmes et des eaux cristallines qui attirent des milliers de touristes chaque année, on peut être tenté d’oublier ces créatures nuisibles qui la peuplent. Pourtant, derrière ces cartes postales, se cachent plusieurs dangers.

Darwin, située dans le Territoire du Nord, est la capitale et la ville la plus peuplée de la région. Bien que son climat tropical invite naturellement à la baignade, vous devrez réfléchir à deux fois avant de vous y rendre, car on y trouve des méduses venimeuses en nombre, des crocodiles et même des requins. Il serait peut-être préférable de se tourner vers d’autres destinations dans ce vaste pays qui comporte tellement de choix. Saviez-vous, d’ailleurs, que l’Australie est le sixième plus grand pays du monde ?

11. Maho Beach

Lieu/Endroit : Philipsburg, Saint Martin
Pourquoi ne pas y aller : Aéroport à proximité
Coût estimé de la visite :

Maho Beach est célèbre pour sa proximité avec l’aéroport international Princess Juliana, situé sur la partie néerlandaise de l’île. Cet aéroport au trafic aérien dense a le troisième plus grand nombre de passagers annuels de toutes les Caraïbes. Survolant la plage, les avions passent à 25 mètres au-dessus de Maho, attirant les touristes curieux d’admirer les 747 de près. Le flux de touristes attirés par cette activité risquée est si important que les bars de la plage locale affichent même les horaires des vols.

Playa de Maho @nanmcclure / Pinterest.comPlaya de Maho @nanmcclure / Pinterest.com

Certains intrépides ont pour activité de se placer derrière les avions au moment du décollage en tentant de résister aux violents courants d’air qui émanent des turbines des avions. Toutefois, cette activité risquée peut et a déjà causé la mort de certains touristes dans le passé.

12. Plage de Faro de Trafalgar

Lieu/Endroit : Cadix, Espagne
Pourquoi ne pas y aller : Courant de retour
Coût estimé de la visite : 123 €/jour*

Le phare qui donne son nom à cette plage a été construit en 1860. Il mesure 34 mètres de haut et se rendre à son sommet pour admirer la vue est l’une des activités préférées des touristes qui viennent visiter la région.

Playa del Faro de Trafalgar @Goto Cadiz / Youtube.comPlaya del Faro de Trafalgar @Goto Cadiz / Youtube.com

La plage est d’apparence tranquille et se trouve dans une partie du pays où le climat est chaud. Elle mesure environ un kilomètre de long et 50 mètres de large, et connaît des jours où l’eau est calme et d’autres où la mer est agitée. C’est dans ces moments-là que son courant de retour devient un réel danger pour les baigneurs, ce qui en fait l’une des plages les plus dangereuses d’Espagne.

13. Plage de Jobos

Lieu/Endroit : Isabela, Porto Rico
Pourquoi ne pas y aller : Forts courants
Coût estimé de la visite : 148 €/jour*

Considérée comme l’une des meilleures plages pour les surfeurs, la plage de Jobos est l’un des endroits les plus fréquentés du nord-est de Porto Rico. Située dans la municipalité d’Isabela, la plage est véritablement dangereuse. Malgré sa popularité, elle n’est pas considérée comme une station balnéaire car ses courants créent des sortes de tourbillons qui éloignent les nageurs des rivages.

Playa de Jobos ©primerahora.comPlaya de Jobos ©primerahora.com

Les secouristes recommandent de nager dans le sens du courant plutôt qu’à contre-courant pour se sortir des tourbillons, mais rien n’est sûr dans ces eaux et la décision la plus sage serait sûrement de l’éviter.

14. Baie de Morecambe

Lieu/Endroit : Morecambe, Angleterre
Pourquoi ne pas y aller : Sable mouvant
Coût estimé de la visite : 76 €/jour*

S’étalant sur un total de 310 kilomètres carrés, la baie de Morecambe est la plus grande zone de sable et d’estrans du Royaume-Uni. Cet immense espace est recouvert de panneaux mettant en garde contre les sables mouvants et les canaux cachés que les voyageurs sont sûrs de découvrir à leurs dépens s’ils explorent la région.

Morecambe Bay - 'Un lugar traicionero' ©Rwendland / Wikimedia.orgMorecambe Bay – ‘Un lugar traicionero’ ©Rwendland / Wikimedia.org

Différents habitants ont essayé de traverser la zone en 4×4 ou en calèche sans obtenir d’autre résultat que de s’enfoncer dans les sables mouvants. Les squelettes qui jonchent à proximité servent d’ailleurs de rappel pour ne pas s’aventurer dans la zone.

15. New Smyrna Beach

Lieu/Endroit : Comté de Volusia, Floride, États-Unis
Pourquoi ne pas y aller : Requins
Coût estimé de la visite : 144 €/jour*

New Smyrna Beach porte officieusement un autre nom, qui vous fera dresser les cheveux sur la tête. On l’appelle « la capitale des requins » et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. C’est l’endroit où se produisent le plus d’attaques de requins au monde, et les données indiquent que même si vous avez nagé dans ses eaux sans subir d’attaque, il est plus que probable que vous vous soyez trouvé à moins de trois mètres de l’un d’eux.

New Smyrna Beach @usatoday / Pinterest.comNew Smyrna Beach @usatoday / Pinterest.com

Située à une heure d’Orlando, dans le comté de Volusia, ses eaux abritent plus de 40 espèces de requins, parmi lesquelles des requins gris, des requins-tigres, des requins-marteaux et des requins dormeurs buffles. Malgré le danger évident que représente cette plage, cela ne l’empêche pas d’accueillir 10 millions de touristes chaque année ; libre à chacun de tirer ses propres conclusions.v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*